Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Canton de Grenoble 5

 
logo-ump.jpg 
    
  
  
 
 
MA PERMANENCE NUMERIQUE
     
 
BULLETIN DE SOUTIEN
 
 
MON PROJET POUR GRENOBLE 5

    
  
   
 

Contact :

 

Mobile : 06 26 85 79 49

 
 alain-bonnet@voila.fr 
  

Alain BONNET T.V

 

 
  
   
crbst_alainbonnettv.gif
    

 

 

crbst_adh_c3_a9sion.gif
   
crbst_ils_20me_20soutiennent.gif
  

  
crbst_cantonales.gif

  

Archives

Bienvenue sur mon blog

Chers Amis, 

 

Tout d'abord, je veux vous souhaiter la bienvenue sur mon blog.

En créant ce blog,  je désire pouvoir échanger sur tous les sujets d'actualités et aussi sur tous les sujets de notre Canton. 

 

Comme vous le savez, notre Canton 5 est cher à mon coeur... Cher car outre le fait d'y habiter et d'y être impliqué dans de nombreux domaines, dans de nombreuses associations, ce canton est un des plus représentatif de la ville de Grenoble. 

 

Représentatif par sa mixité, car il possède le plus grand nombre d'associations et aussi par ses traditions, car c’est également dans cet endroit de Grenoble que figure le plus grand nombre d'artisans, artisans qui font perdurer les emplois et le savoir faire de notre pays. 

Alors ensemble, faisons rayonner le Canton 5...

   

Amicalement,  

 

Alain BONNET

 

Articles RÉCents

Pages

29 novembre 2006 3 29 /11 /novembre /2006 23:06
C'est à travers la presse quotidienne régionale et départementale que Nicolas Sarkozy a choisi d'annoncer jeudi matin sa candidature à l'élection présidentielle. Ses propos ont été recueillis par six représentants de ces journaux. Je vous laisse découvrir en avant-première son interview :

Etes-vous candidat à l'élection présidentielle ?
Ma réponse est oui.

Pourquoi ?
C'est une décision mûrement réfléchie. A titre personnel, elle n'était pas évidente. Cette décision m'engage ; c'est le choix d'une vie. C'est une lourde responsabilité vis-à-vis des Français auxquels je demande de me faire confiance. Je me sens la force, l'énergie et l'envie de proposer une autre vision de la France. J'ai l'ambition de créer une nouvelle relation avec les Français qui repose sur deux mots : confiance et respect, confiance en la parole donnée et respect de chaque Français pris individuellement.

Quel contenu donnez-vous à cette nouvelle relation ?
Faire de la France le pays où «tout peut devenir possible». Et cela pour tout le monde, mais d'abord pour ceux qui ont connu des épreuves, se sentent fragiles ou qui pensent que «rien n'est jamais pour eux». Quand tout sera redevenu possible, quand la promotion sociale, le droit à la propriété, une meilleure école pour ses enfants, un meilleur salaire pour soi, une réelle égalité entre hommes et femmes, seront des objectifs réalisables pour chacun, alors les Français retrouveront le goût de vivre ensemble. Et la nation française sera à nouveau un exemple pour le monde.

Pourquoi maintenant cette annonce de candidature ?
Je m'étais engagé auprès du président de la République à ce que 2006 soit consacré au travail gouvernemental et que la campagne ne démarre qu'en fin d'année. J'ai respecté mon engagement. Dans cette campagne je dirai tout avant afin de pouvoir tout faire après. Notre démocratie a besoin de franchise, d'honnêteté, de vérité.

Avez-vous fixé un terme à votre présence au gouvernement ?
Il est trop tôt pour répondre parce que ma famille politique n'a pas encore décidé de me soutenir. En tout état de cause, je ne serai plus ministre au moment de l'élection: en cela je serai le premier à m'imposer cette règle contraignante.

Vous êtes en pré-campagne depuis des années. Qu'est-ce qui va changer désormais ?
Depuis des années, j'ai la même volonté de renouveler le débat public. Je vais maintenant m'adresser à tous les Français, sans exception. Je pense entre autres aux catégories de la population auxquelles nous n'avons pas assez parlé : aux fonctionnaires, aux Français les plus récents, aux femmes, aux jeunes, à ceux qui n'ont plus d'espoir. Je vais leur parler de la France et de leur avenir. J'appelle la droite républicaine et le centre à s'ouvrir aux idées nouvelles afin que tous les Français puissent se reconnaître en nous.

Votre programme sera-t-il UMP ?
Lionel Jospin avait dit, en 2002, que son programme n'était pas socialiste. L'électorat socialiste l'a «compris». Il n'a pas voté pour lui. Qu'on ne compte pas sur moi pour tenir un discours qui ne soit pas fidèle aux valeurs de la droite et du centre. J'aime mon pays, je crois aux vertus du travail, du mérite, de la récompense et de l'effort. Mais je ne suis pas un conservateur car je crois au mouvement. L'ordre n'est acceptable que s'il est en mouvement. L'ordre juste, c'est juste de l'ordre. Je veux que l'avenir redevienne une promesse et cesse
d'être une menace. Les Français attendent des raisons d'espérer. Il n'y a de fatalité que pour ceux qui renoncent. Je n'en serai jamais.

Le mot rupture fait-il encore partie du vocabulaire de Nicolas Sarkozy ?
Oui car je veux rompre avec une façon de faire de la politique. Rompre, ce n'est pas la crise. A ceux qui voudraient m'appeler à la continuité, je pose la question : êtes-vous sûrs d'être en harmonie avec les Français ? Je veux rompre avec l'idée que l'on peut travailler moins et gagner plus, qu'en accueillant tout le monde, on peut intégrer convenablement, qu'on démocratise l'enseignement en abaissant le niveau des diplômes. A mon poste de ministre, j'ai profondément changé les choses. Je veux remettre la société française en mouvement.

Ségolène Royal n'incarne-t-elle pas mieux cette rupture ?
Le PS a choisi l'immobilisme. Je veux incarner le mouvement. Dans un monde qui bouge si vite qui peut penser que l'on peut demeurer immobile. Je veux une rupture tranquille. Cela fait quatre ans et demi que je gère la sécurité de la France. Cela demande beaucoup d'expérience et de maîtrise. Je veux les mettre au service de la France.

Quelle rupture incarnez-vous par rapport à Jacques Chirac ?
On peut être fidèle à son histoire, fier de son bilan et proposer pour les cinq années à venir un autre chemin. Je souhaite un président responsable et des contre-pouvoirs plus forts. Imaginer l'avenir et l'incarner c'est désormais ma mission.

On vous dit atlantiste, communautariste et libéral...
On dit tant de choses fausses et caricaturales ! Communautariste ? C'est un message. Je n'accepte pas qu'on importe des usages et des coutumes non conformes à nos valeurs républicaines. Atlantiste ? On est d'autant plus indépendant qu'on est amis. Libéral ? Cela serait réducteur. Je crois en la liberté. Mais je ne suis pas un idéologue. Et je pense que l'Etat et les services publics ne doivent pas être condamnés à l'impuissance. Ils ont tous leur rôle dans la société moderne que je veux bâtir.

Le PS est désormais en ordre de marche derrière sa candidate. A l'UMP, vous en êtes loin
Rarement la famille politique que je préside n'a été aussi rassemblée. Je n'y considère personne comme un adversaire.

Ce qui n'empêche pas des velléités.
Ce ne sont pas des velléités, ce sont des talents. Je les prends en compte car toutes les ambitions sont légitimes.

Jacques Chirac a eu 74 ans hier. Que lui souhaitez-vous ?
D'être heureux.
 
Partager cet article
Repost0

commentaires

M
Nicolas Sarkozy est aujourd'hui le seul homme capable de freiner voire de stopper le déclin de la France. <br /> Déclin sur tous les domaines : à l'international, pour l'éducation, la santé, la recherche, la sécurité intérieure, la fiscalité, la défense... <br /> Soutenons la candidature de Nicolas Sarkozy : <br /> http://www.avec-sarkozy.fr<br />  
Répondre
H
Sarkozy ou alliot-marie ? Pour moi il n'y a aucun doute , c'est sarko,il est contairement à ségolène proche du peuple, de plus il posséde une stature d'homme d'état que ne possede pas royal !
Répondre
S
L'intervention de Nicolas Sarkozy dans l'émission "A vous de juger" était spectaculaire. Il a été absoluement génial. <br /> C'est un sans faute, autant sur ses idées, sur le projet de l'UMP ou encore sur sa vision de la France.
Répondre
G
Cett candidature à l'investiture est une très bonne nouvelle pour notre famille politique mais surtout pour notre pays. <br /> Nous allons enfin pouvoir parler sans tabou lors de cette campagne électorale de sujets importants (rérorme de la Sécurité sociale, des retraites, de l'éducation, de la ustice, de la fiscalité...).
Répondre
M
il faut la lire combien de fois l'interview pour la comprendre ??? je sais pas mais personellement j'en perds mon latin !!!<br /> je ne sais plus si le texte apparait huit ou douze fois... ca fait une perte de place tout de même !!!<br />  
Répondre